infoafrik24@gmail.com
(+225) 27 34 77 56 66

CAN 2023/ DÉNIGREMENT, PROPOS RACISTES, SCANDALE DE LA BILLETTERIE : LA MAUVAISE PUBLICITÉ QUI NE PASSE PAS

La 34eme édition de la coupe d'Afrique et des nations de football qui s'est ouverte à Abidjan le 13 janvier 2024 est indiscutable en passe de devenir la plus belle jamais organisée, comme l'ont souhaité les autorités ivoiriennes.

 

Pour la cérémonie d'ouverture déjà, le stade olympique Alassane Ouattara qui avait donné des frayeurs avant la compétition fait échouer les pronostiqueurs pessimistes. Une pluie torrentielle à quelque heures de la fresque de Georges Momboye, ce 13 janvier 2024 achève de rassurer tout le monde. Non seulement la pelouse est prête, mais également le dispositif d'évacuation des eaux a fonctionné à merveille.

 

La fresque elle-même confirme toute la bonne  réputation du chorégraphe ivoirien. Tellement grandiose... Avec la voix envoûtante de Josey qui a fini de convaincre le public africain de son immense talent, en ouvrant les prestations d'artistes. C'est le comble. La fête peut commencer en toute tranquillité.

 

DES DISPOSITIONS SÉCURITAIRES RASSURANTES MAIS MAL COMPRISES

 

Sauf que les dispositions sécuritaires sont lourdes. N'importe qui ne peut pas s'approcher à 100 mètres du stade. Il faut avoir un billet sous peine de se voir refouler par les forces de l'ordre. D'autres parts, les billets sont indisponibles. Avec les revendeurs, il faut débourser jusqu'à 100.000f  pour s'en offrir un. L'accès au stade avec la nourriture ou de la boisson est strictement interdit. Les organisateurs priorisent l'achat sur place de limonades, de friandises ou de sandwichs à des prix hors de portée.

 

Ce sont ces manquements qui ouvrent la porte au dénigrement de la Can, du Cocan et de la Côte d'Ivoire. Et malheureusement,  des malins opportunistes veulent exploiter cela pour cacher le soleil avec la main. Des supporters Maghrebins abonnés au scandale crient au racisme. D'autres voix s'élèvent pour dénoncer la corruption qui puerait derrière la Can. Mais confédération africaine de football (CAF) sort de sa réserve pour situer les responsabilités et expliquer qu'il n'y a pas péril en la demeure. Le premier ministre ivoirien Robert Beugré Mambé prend les choses en main. En l'espace de quelques jours, la situation est sous contrôle. 

 

LA SITUATION SOUS CONTRÔLE EN QUELQUES HEURES

 

La tension tombée, la plus belle Can jamais organisée est en train de se dérouler sous les yeux du monde entier. Les supporters ivoiriens ont pris d'assaut les stades et l'animation dans les  tribunes n'a rien à envier aux grandes rencontres de football à travers le monde. Même lorsque les éléphants de Côte d'Ivoire, l'équipe nationale du pays organisateur, perdent leur  match devant le Nigeria (0-1), à la deuxième journée de la poule A,  on peut entendre les supporters ivoiriens scander  dans les rues au pas de danse '' on n'a pas gagné, on s'en fout!''. Le message semble être passé. Le premier but de cette compétition est la communion fraternelle. Et personne ne devrait s'employer à troubler l'ordre dans cette fête familiale, encore moins chercher à jeter l'opprobre sur le pays organisateur.

Car Amichia François et ses collaborateurs ont donné le meilleur d'eux-mêmes. Le président Alassane Ouattara et le gouvernement ivoirien ont apporté le soutien nécessaire au succès de la 34eme édition de la Can. Et la mauvaise publicité a lamentablement échoué.  Il reste à souhaiter  que le meilleur gagne.

 

 

Georges  Ursul

A lire aussi
Veuillez laisser un commentaire