infoafrik24@gmail.com
(+225) 27 34 77 56 66

CÔTE D’IVOIRE/ LA DIRECTION REGIONALE DE L’AGRICULTURE DE GBÊKÊ ENGAGEE DANS LA LUTTE CONTRE LA VENTE ILLEGALE DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

La mauvaise utilisation des produits phytosanitaires constitue permanent un danger sur la santé des utilisateurs et consommateurs. La Direction régionale de l’Agriculture, du développement rural et des productions vivrières de Gbêkê a organisé à cet effet, un atelier de formation des vendeurs, revendeurs et intermédiaires des produits phytosanitaires, en vue de renforcer la capacité de ces utilisateurs dans la manipulation et la vente de ces produits. C’était, ce mercredi 30 janvier 2024, à la Direction régionale de l’Agriculture de Bouaké

Blehou Assamoah Yvette, la directrice régionale de l’agriculture, du développement et des productions vivrières a rapporté à Greenmediatv.net l’importance de cette activité. « Aujourd’hui, nous organisons un atelier de renforcement des capacités des vendeurs et revendeurs de produits phytosanitaires et aussi des intermédiaires. L’objectif, c’est de rendre d’abord légale l’activité, des opérateurs qui sont dits intermédiaires. Pour exercer cette activité, il faut avoir obligatoirement un agreement. C’est au bout de la formation après la formation, l’évaluation qu’ils pourront avoir une attestation de formation et puis après constituer les dossiers pour avoir un agrément de revendeurs de produits phytosanitaires », a-t-elle fait savoir .

 

Elle a également décliné l’une des missions de son ministère, celle de « veiller au contrôle strict des intrants agricoles (les pesticides, des fertilisants).

 

Les professionnels, les personnes qui vendent les produits phytosanitaires doivent impérativement recevoir une formation sur la réglementation, savoir les règles pour la pratique de ce métier, mais également connaître les bonnes pratiques phytosanitaires qui sont liées à l’exercice de cette profession.

 

Boni Bah, l’un des formateurs, a insisté sur la formation des vendeurs. « A la fin de cette formation, ils doivent retenir que pour l’exercice de l’activité de revendeurs de pesticides, a une législation. Pour ce faire, il faut avoir un agrément.

 

Raimy Moussa et Cissé Ousmane ont respectivement apprécié cette formation, qui vise à établir la clarté dans l’exercice de ce métier. « Nous sommes venus suivre cette formation pour avoir un agreement et être légal pour exercer librement notre métier », ont-ils souligné.

 

Ami Sanogo

A lire aussi
Veuillez laisser un commentaire