infoafrik24@gmail.com
(+225) 27 34 77 56 66

GABON/ APRES DES ELECTIONS JUGÉES SUSPECTES, L’ARMÉE MET FIN AU REGNE D'ALI BONGO ODIMBA

La nouvelle a été annoncée ce mercredi 30 août 2023, aux environs 5 heures du matin, au Gabon. Peu après la publication des résultats de l'élection présidentielle du samedi 26 août qui a vu le président sortant Ali Odimba vainqueur, pour un troisième mandat, la grande muette l’a déposé, à la surprise générale.

A la télévision nationale fraichement rétablie après l’interruption des programmes et de l’internet sur toute l’étendue du territoire gabonais pour des raisons dites sécuritaires, un communiqué a été livré par l'armée. Dans ce communiqué, les militaires  affirment avoir pris le pouvoir et annulent le scrutin présidentiel qu'ils jugent irrégulier, alors que les résultats publiés donnaient Ali Bongo réélu pour un troisième mandat, avec un score de 64% des suffrages exprimés  contre  31% pour le professeur Albert Ondo Ossa. Par la même occasion, l’armée  dissout toutes les institutions de la République. Les militaires de la garde présidentielle ont mis la main sur la télévision nationale et contrôlent tout selon plusieurs sources crédibles.

 

Albert Ondo Ossa avait dénoncé des "fraudes orchestrées par le camp Bongo " deux jours avant la clôture du scrutin samedi, et revendiquait alors déjà la victoire. Son camp a exhorté le lundi dernier M. Bongo à ‘’organiser, sans effusion de sang, la passation du pouvoir’’  sur la base  d'un comptage effectué, selon lui, par ses propres scrutateurs et sans produire de documents à l'appui. Aussi l'opposition a prévenu le régime de Bongo :" Tout ce qu’Ali Bongo peut négocier,  c'est un départ honorable du pouvoir. Mais s'il tente  de confisquer le pouvoir, ce sera l'humiliation ". Sauf que cette humiliation viendra à l’improviste, car nulle ne s’attendait vraiment à un coup d’état militaire, même si l’on convient que les suspicions autour de ce scrutin faisaient le lit à ce genre de situation.  

 

Il faut rappeler que ce coup d'Etat intervient plus d'un mois après celui du Niger qui a lieu le 26 juillet dernier.

 

 

Benken'si Kouamé.

A lire aussi
Veuillez laisser un commentaire